Préparer son projet d’études

Mise à jour vendredi 27 décembre 2019, par Agnès

Un séjour d’études à l’étranger ne s’improvise pas. Prenez le temps de mûrir votre projet, d’en vérifier l’intérêt et de l’organiser dans sa durée.

Deux options s’offrent à vous : partir dans le cadre d’un échange universitaire (possible dès la 2ème année d’études) ou partir de façon autonome.

Partir dans le cadre d’un programme d’échange

Ce type de mobilité comporte d’énormes avantages puisqu’il facilite les démarches administratives et la recherche d’établissements à l’étranger. Vous partiez dans un cadre règlementaire et avec des partenariats déjà existants.
Plusieurs programmes de mobilité existent dans l’enseignement supérieur, que ce soit en Europe (Erasmus +) ou à l’international (BCI pour le Québec, etc.).

  • Comment partir ?
    1. Dès le début de l’année scolaire prenez contact avec le référent des relations internationales de votre filière ou de votre établissement.
    Vous aurez ainsi des informations sur la procédure à suivre pour pouvoir partir un semestre ou une année, à partir de la rentrée scolaires suivante.
    2. Prenez connaissance des accords de coopération de votre établissements avec les universités étrangères
    Renseignez-vous sur le pays, les universités partenaires, les filières, options et spécialités.
    3. Remplissez et soumettez votre dossier
    Vous pouvez formuler plusieurs vœux, c’est à dire choisir plusieurs universités dans un ou plusieurs pays.
    Il y a un souvent un entretien à passer avec les professeurs référents. Il est également possible que vous deviez passer un test de langue pour vérifier votre capacité à suivre les cours dans la langue du pays d’accueil ou en anglais - si un cursus anglophone est disponible
    4. Réponse
    Si vous êtes sélectionné, 2 options :
    - vous obtenez une place dans une université que vous avez demandé
    - on vous propose une autre université dans laquelle il reste des places.
    5. Préparation du départ
    Une fois sélectionné, il vous restera quelques mois pour préparer votre départ :
    - demandes d’aides à la mobilité
    - couverture médicale, éventuels vaccins et assurances complémentaires
    - carte d’identité/passeport/visa
    - logement sur place
    - voyage
    - inscription sur Ariane ou au registre des français établis hors France
    - etc.
  • Aides financières
    - bourses de mobilité
    Les bourses de mobilité sont gérées par votre établissement français qui administre les demandes, que les aides soient régionales, nationales, européennes ou internationale.
    Contact : bureau ou service des relations internationales de votre établissement français
    - exonération des frais d’inscription dans l’université étrangère mais vous devez payer vos frais d’inscription en France
  • Budget
    Au moment du départ, il faudra pouvoir disposer d’une réserve d’argent qui permet de faire face, sur place, aux dépenses courantes : hébergement, nourriture, assurance, transports locaux, etc. et aux imprévus.

Partir de façon individuelle

Si vous souhaitez parti étudier à l’étranger de façon autonome, vous devrez accomplir toutes les démarches par vous-même.

  • S’organiser
    Voici la marche à suivre :
    1. renseignez-vous sur les conditions d’études dans le pays qui vous intéresse
    - Euroguidance (Europe) : www.euroguidance-france.org
    - le site "Study in" du pays concerné (Europe et international), par exemple pour les USA : www.studyusa.com
    2. informez-vous sur les établissements, les filières et options
    3. Prenez connaissance des conditions d’admission, des frais d’admission/de scolarité
    4. Contactez, si besoin, le service des relations internationale
    5. Remplissez le formulaire d’inscription et joignez toutes les pièces justificatives
    6. Test de langue
    Pour étudier dans un pays étranger, il est recommandé de parler couramment la langue avant de partir ou l’anglais (si un cursus anglophone existe). En effet, dans la plupart des cas, un test attend les étudiants à l’entrée de l’université et aucune inscription ne se fait si le candidat n’a pas le niveau linguistique requis.
    Les tests de langues à l’entrée des universités sont assez difficiles. Certains établissements exigent des scores élevés à ces tests dès la présélection des dossiers.
    Il est fortement conseillé de se préparer avant de passer ces tests.
    7. Logement
    Certaines universités gèrent des logements étudiants. Contactez le bureau des relations internationales de l’Université pour en savoir plus.
  • Aides financières
    En partant de façon autonome, hors programme d’échange universitaire vous ne pourrez bénéficier d’aides départementales, régionales, nationales, européennes (sauf exception, l’Ecossepar exemple).
    Cela signifie donc que vous devrez prendre à votre charge les frais d’inscription dans l’université/l’école étrangère ainsi que vos dépenses courantes (logement, assurance, nourriture, sorties, transports locaux, etc.).

    Attention, au Royaume-Uni, par exemple, qui est une destination très prisée des français, les étudiants doivent payer des frais de scolarité relativement élevés. Ils sont plafonnés à 9,000 £ (environ 10 500 €) par année de Bachelor. Les Universités anglaises étant libres de fixer les droits d’inscription, on approche généralement cette limite. Ces frais sont néanmoins moins élevés en Écosse (de gratuitsà 1 820 £) et en Irlande du Nord (3 575 £).

Bon à savoir : certaines universités peuvent proposer des bourses sur des critères de mérite mais essentiellement pour un master ou un doctorat. Renseignez auprès du bureau international de l’université visée ou sur le site "Study in" du pays concerné.

  • Partir après le Bac

Partir après avoir obtenu son Bac est possible si le projet d’études est bien déterminé et que vous envisagez de partir pour valider un diplôme complet (Bachelor ou autre). Cela veut donc dire que vous ferez plusieurs années d’études à l’étranger.
Ainsi au retour en France, vous pourrez candidater à un Master comme tous les étudiants français qui ont fait leur Licence en France.

Faire traduire son diplôme

Adressez-vous à un traducteur assermenté. Vous trouverez la liste des traducteurs assermentés sur le site de la Cour de Cassation.