La colocation

Mise à jour lundi 6 juin 2016, par Delphine

Avoir plus d’espace avec le même budget, c’est possible en partageant un grand appartement ou une maison à plusieurs.

La seule condition est de choisir ses colocataires en fonction de ce que l’on souhaite vivre : partager des pièces communes tout en gardant son indépendance ou vivre en collectivité.

Comment trouver une colocation et le (les) colocataire idéal ?

Il existe aussi une multitude de sites d’annonces et d’information spécialisés sur la colocation. En voici une liste incomplète, mais attention : certains vous demanderont une adhésion ou vous transféreront vers un n° payant :

www.ij-bretagne.com/logement
www.appartager.com
www.recherche-colocation.com
www.weroom.fr (le réseau social dédié à la coloc).

D’autres sites de petites annonces (type www.leboncoin.fr) permettent aussi de trouver et de déposer des offres de colocation.

Nouveau ! Colocation solidaire

Le projet Kaps (kolocation à projets solidaires) repose sur un principe simple : une colocation étudiante dans un quartier populaire, reliée à un projet social mené avec et pour ses habitats. Les kaps sont destinées aux jeunes qui souhaitent agir dans une association et partager une colocation. Conditions d’accès : être étudiant, en formation, volontaire en service civique ou en service européen. Avoir entre 18 et 30 ans, être en capacité de payer son loyer. Être disponible quelques heures par semaine de septembre à juin pour un projet de solidarité.
Pour en savoir plus : www.kolocsolidaire.org ou Afev Brest 02 98 01 13 93.

Les règles de la colocation

La loi ALUR définit la colocation : location d’un même logement par plusieurs locataires.
Une colocation peut se formaliser de 2 façons  :

  • Un contrat unique = souscription d’un même bail à plusieurs avec un propriétaire, ainsi tous les colocataires signent le même contrat de location et disposent des mêmes droits, mais aussi les mêmes obligations vis-à-vis du bailleur.
  • Plusieurs contrats (1 par locataire) avec le propriétaire = dans un logement divisé par le propriétaire, chaque co-locataire signe un bail différent pour la chambre qu’il loue ; ainsi vous partagez peut-être la cuisine et les sanitaires mais vous n’êtes pas liés légalement entre locataires. Le propriétaire (et non vous) choisit les personnes entrant dans le logement.

Les aides financières

Chaque colocataire peut prétendre à une aide de logement de la CAF, à condition :

  • d’apparaître sur le bail
  • de remplir les conditions d’octroi aux aides de la CAF
    Chacun doit remplir sa propre demande auprès de la CAF.
    L’aide, qui sera un peu inférieure à celle perçue dans un logement loué seul, sera calculée sur la base de vos ressources et du loyer.
    Pour en savoir plus : www.caf.fr

La clause de solidarité

Ce type de clause est très souvent mentionné dans le cas d’un bail unique de colocation : elle garantit au propriétaire le paiement de son loyer et lie davantage les colocataires.

Ainsi, si l’un des colocataires ne peut plus assumer sa part de loyer, le propriétaire peut demander aux autres de payer pour lui.
Au départ d’un des colocataires, la solidarité s’arrête dans un délai variable selon la date de signature du contrat :

  • contrat signé avant le 27 mars 2014 : la solidarité est en général engagée jusqu’à la fin du bail et parfois bien après le départ d’un colocataire.
  • contrat signé après le 27 mars 2014 : la solidarité du colocataire (ou celle de sa caution) ne sera plus engagée à la fin du préavis et quand un nouveau colocataire entre dans le logement. Sans remplaçant, la solidarité de l’ex-colocataire est engagée 6 mois après la date de fin de préavis.

Source : www.ij-bretagne.com/logement