Le don d’organes, de tissus et de moelle osseuse

Mise à jour lundi 12 août 2019, par Delphine

Si vous souhaitez que vos organes et tissus soient greffés à des malades après votre décès, dites-le simplement à vos proches !

Le dire à ses proches (conjoints, parents, famille…), c’est le moyen le plus efficace pour signifier votre choix et pour qu’il soit respecté. Cela permet aussi d’épargner un questionnement douloureux pour les proches, dans un moment déjà difficile.
Par ailleurs, en portant votre carte de donneur vous affirmez votre position.

En France, le don d’organes et de tissus est régi par les lois de bioéthique . Les trois grands principes sont le consentement présumé, la gratuité du don et l’anonymat entre le donneur et le receveur .

  • Principe du « consentement présumé »  : en France, la loi indique que nous sommes tous donneurs d’organes et de tissus, sauf si nous avons exprimé de notre vivant notre refus de donner (soit en informant ses proches, soit en s’inscrivant sur le registre national des refus).
  • Gratuité : le don d’organes est un acte de générosité et de solidarité entièrement gratuit. La loi interdit toute rémunération en contrepartie de ce don.
  • Anonymat : le nom du donneur ne peut être communiqué au receveur, et réciproquement. La famille du donneur peut cependant être informée des organes et tissus prélevés ainsi que du résultat des greffes, si elle le demande.

Vous pouvez également faire un don d’organe ou de moelle osseuse de votre vivant, pour en savoir plus : www.dondorganes.fr et www.dondemoelleosseuse.fr

Consultez le guide sur le don d’organes et de tissus :

guide.pdf (PDF - 227.7 ko)
guide.pdf

En savoir plus

www.france-adot.org